Quelque chose dont chaque flamme jumelle devrait avoir conscience

Mon étude sur les flammes jumelles continue, j’ai à ce jour reçu plus de 130 témoignages de flammes jumelles. J’ai aussi enrichie ma façon de voir les choses par de nombreuses lectures, de plus les discussions avec certaines flammes sont très enrichissantes.

Il est souvent question de souffrance en ce qui concerne les flammes jumelles, mais aussi je vois cela en coaching en dehors des flammes jumelles. Je constate que beaucoup de personnes sont dans la souffrance en se disant que cela est une obligation, voir certaines entretiennent un véritable culte de la souffrance.

Pour moi la souffrance n’est pas obligatoire, qu’il s’agisse de flammes jumelles ou non, la souffrance n’est qu’un indicateur. Quand on a mal physiquement cela est un indicateur d’une maladie, d’une blessure … il en de même quand on souffre moralement, cela ne doit être qu’un indicateur que quelque chose dans notre façon de penser, de croire, de faire ou d’être ne va pas.
Bien sûre l’être humain est dans l’égo et il est très difficile pour lui de se remettre en question et se rendre compte qu’il a tord et c’est encore plus difficile pour lui  de voir les choses sous un autre angle. Donc il préfère rester dans la douleur et se dire qu’il doit souffrir, c’est son fardeau, son karma peut importe, mais il pense qu’il doit souffrir et surtout ne rien changer de ses croyances ou de sa façon de voir les choses, cela frustrerait trop son cher égo.
Pourtant il ne suffit de pas grand chose pour ne pas souffrir, simplement s’ouvrir à d’autres possibilités.
Prenons l’exemple extrême de la mort, dans certaines cultures on se réjouis de la mort de quelqu’un, car cela indique que la personne a fini son incarnation et est passé à un niveau supérieur. Il n’y a aucune peur de la mort puisque l’esprit (ou l’âme) ne meurt pas elle ne fait qu’évoluer et changer d’état.
Dans d’autres cultures on pleure sur la perte de l’être cher, mais remarquez que l’on pleure sur la perte c’est à dire égoïstement sur nous même sur le manque que l’on a de l’autre (là encore l’ego est en jeu). On a peur de la mort quand on est dans une culture de jugement, avec une récompense (paradis) ou punition (enfer).

Loin de moi l’idée de juger l’une ou l’autre de ces cultures, mais je constate que tout dépend de notre façon de penser, de nos croyances, de notre éducation, culture etc… pour que les choses soient noires ou blanches. Mais il ne faut pas oublier que nous avons notre libre arbitre à tout moment nous pouvons changer nos croyances, notre façon de voir les choses et notre façon de faire.
La vérité est que tant qu’on continu à faire les mêmes choses on obtient les mêmes résultats, alors si on souffre il est peut être temps de changer !

Pour en revenir à nos flammes jumelles, d’après mon étude il y a environ 98% de flammes jumelles qui sont séparées. Dans ce lot il y a des flammes jumelles qui ont été en couple, puis séparées, puis remis en couple etc (cela semble ne jamais s’arrêter), d’autres qui n’ont jamais été en couple avec leur flamme mais aimeraient l’être cependant certaines choses les en empêche, d’autres qui pour X raison ne souhaiterait pas avoir une relation amoureuse avec leur flamme.
Quand on analyse les choses froidement et avec du recul, on peut raisonnablement se demander : les flammes jumelles sont elles faites pour avoir une relation amoureuse au sens humain du terme?
La majorité de la souffrance des flammes jumelles vient du fait qu’il y a une attente amoureuse, venant une partie de leur conception possessive de l’amour (on s’aime donc on est ensemble (encore l’ego)) et une seconde partie de ce qu’on leur a dit/appris (flammes jumelles = fusion). Pour la 3me catégorie de flammes celles qui ne désirent pas avoir de relation de couple, la souffrance vient du fait qu’elle se demande alors « pourquoi ? ».
Cependant tout cela ne sont que des croyances  !

Et si nous envisagions les choses sous un autre angle ?

1> je souffre = indicateur que mes croyances sont fausse
2> je change mes croyances :
– je change cet amour possessif en amour inconditionnel
– je ne fais pas une fixation sur une réunion physique mais au contraire je développe une réunion spirituelle ( au niveau de l’esprit ) qui elle ne dépend pas ni de la situation, ni de la distance, ni tu temps.
– j’arrête de tout ramener à mon petit monde individualiste, j’envisage que la relation flammes jumelles puisse avoir un but humanitaire.(bien au delà du couple)

Voilà vous êtes à présent sur la bonne piste, il n’y a plus de souffrance car plus d’attente physique/humaine.
En développant une relation spirituelle et en s’éveillant soi-même et en augmentant son niveau de spiritualité (ses vibrations), il y a tout un tas de choses « surnaturelles » qui apparaissent mais je vous laisse les découvrir par vous même. (j’en parle avec certaines flammes et il semblerait que chacune développe des choses différentes en fonction de sa propre nature)
la séparation n’est plus un problème puisque la communication est désormais ouverte 24h/24, quelque soit la distance physique, la condition humaine ou le temps qui passe, rien ne saurait arrêter cela car simplement votre flamme et vous, êtes en connexion vibrationnelle, vous vibrez à la même fréquence si vous préférez.
A partir de là tout cet amour qui s’échange par le champ unitaire de conscience (voir l’article à ce sujet) et auquel tout être humain a accès, a un impact sur l’humanité et la planète entière (cela répond au « pourquoi » de la 3me catégorie de flammes jumelles).

Evidemment en écrivant cela je ne vous fais part que de mes propres croyances, basées sur mes lectures et mes propres convictions, vous n’êtes pas obligé d’y adhérer.
Mais quoi qu’il en soit, j’espère que vous comprenez que si vous souffrez il suffit de changer vos croyances, voir les choses sous un autre angle, prendre de la hauteur …

One thought on “Quelque chose dont chaque flamme jumelle devrait avoir conscience”

  1. Je pense quand même que si on souffre parce qu’on est séparé et qu’on a vraiment envie d’être en couple avec son jumeau, on se sent mal. Et si on se sent mal, on a moins envie d’aller vers les autres et d’aider, d’apporter du bonheur à autrui. Quand on est avec celui qu’on aime, on a envie de répandre ce bonheur autour de nous et d’aider, de faire le bien, de sourire, d’être heureux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :